Prêt à taux variable

Le taux variable pour votre emprunt immobilier

Comme son nom l’indique, le taux du crédit va varier au cours du remboursement à une fréquence souvent annuelle.

Le prêt à taux variable pur n’existe pas en France. En effet, on utilise majoritairement les taux capés +1 %, capés +1.5 % et capés +2 %.

Le principe est simple : vous signez votre contrat à un taux défini pour une durée précise et quoi qu’il se passe sur le marché votre taux ne pourra jamais dépasser votre taux initial +1 point (ou 1.5 ou 2). C’est le même principe dans l’autre sens : Si vous empruntez à 1.8 % alors votre taux maximum est 2.8 % et votre taux minimum est 0.8 % (pour un taux capé +/- 1 %).

Pour absorber les mouvements des taux, on peut recalculer vos mensualités ou changer votre durée d’emprunt (ou même les deux !).

Toutefois, lisez l’exemple, les taux variables font peurs alors qu’ils ne sont pas si terribles !

Un exemple de prêt à taux variable

Cindy et son mari Sébastien veulent contracter un prêt de 200 000 € sur 20 ans pour l’achat de leur maison. Ils vont voir leur banquier qui leur propose 2 possibilités :

Ils peuvent emprunter avec un taux capé +/- 1 % initialement à 1.8 % avec augmentation de la mensualité en cas d’augmentation des taux. Leur mensualité initiale est à 992.93 €. Au bout de 5 ans les taux augmentent à 2 % : la mensualité du couple passe à 1 007.28 €. Au bout de 12 ans les taux augmentent à nouveau jusqu’à 2.3 %. Les mensualités du couple passent à 1019.21 €.

Ainsi le coût total de l’emprunt sera de 42 031 € soit 24 175 € de moins qu’avec la première possibilité.

Ils peuvent emprunter avec un taux capé +/- 1 % initialement à 1.8 % avec une augmentation de la durée de l’emprunt en cas d’augmentation des taux. Le couple paie une mensualité initiale de 992.3 €. Au bout de 5 ans les taux augmentent à 2 % : les nouvelles mensualités du couple sont à 988.51 € et la durée du prêt a augmenté de 4 mois. Au bout de 12 ans une nouvelle augmentation amène les taux à 2.3 %.

Le couple va devoir payer des mensualités de 991.69 € sur une durée de prêt encore augmentée d’un mois (soit 5 au total).

Ainsi le coût total de l’emprunt sera de 42 770 € soit 23 436 € en moins que pour un prêt à taux fixe.

Les deux possibilités sont en réalité les mêmes avec seulement l’absorption des variations de taux qui diffère. L’augmentation des mensualités permet plus d’économies mais elle n’est pas forcément facile à gérer pour les ménages. Il faut bien penser également que l’exemple montre un couple peu chanceux qui ne connait qu’une augmentation de taux pendant toute la durée de son emprunt : en réalité les taux peuvent aussi descendre et vous faire économiser bien plus d’argent ! Comparez cette solution grâce à nos pages sur le taux mixte et le taux fixe!

LES ACTUS DE L'ASSURANCE EMPRUNTEUR

Depuis le 1er septembre et la mise en vigueur de la loi Lemoine, le questionnaire de santé n’est plus obligatoire lors d’un emprunt immobilier dans certains cas. Mais la plupart du temps, le questionnaire de santé reste nécessaire. Nous vous expliquons les démarches à suivre dans les deux cas.

Malgré une législation toujours plus en faveur du libre choix de l’assurance emprunteur, le marché de l’assurance emprunteur est toujours détenu à 88% par les banques.

Plutôt que de réguler le marché, le taux d’usure a été un des facteurs déterminants du ralentissement du marché de l’immobilier depuis le début de l’année. Celui-ci a été augmenté au 1er octobre et devrait permettre de relancer le marché. Mais cette éclaircie devrait être de courte durée.