L’assurance décès et PTIA

Sauf à des très (très) rares exceptions, la banque prêteuse exigera la souscription d’une assurance emprunteur pour vous octroyer un crédit immobilier. Et celle-ci comprendra, au minimum, une garantie décès et PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie) : mais au fait, à quoi sert-elle ?

Votre assurance de prêt au meilleur tarif en quelques clics

1
2
3

La couverture de l’assurance décès/PTIA

Comme son nom l’indique, cette garantie entrera en jeu en cas de décès de l’assuré, ou s’il se retrouve en situation de PTIA, c’est-à-dire :

  • S’il ne peut plus exercer d’activité professionnelle rémunérée,
  • Et s’il a besoin de l’assistance d’un tiers dans le cadre de sa vie courante : se lever, faire sa toilette, se vêtir, se nourrir ou encore se déplacer.

Les définitions du décès et de la PTIA sont relativement communes à tous les contrats d’assurance (contrairement à l'invalidité ou à l’ITT pour lesquelles les différences peuvent être colossales !). Cependant, il vous faut tout de même être attentif à la durée de la couverture : pour le décès, l’âge de fin de la garantie peut varier de 70 à 90 ans, et de 60 à 75 ans pour la PTIA (qui prend quoiqu’il en soit fin au départ à la retraite de l’assuré). Attention donc si votre âge en fin de prêt est assez avancé.

Que se passe-t-il en cas de sinistre ?

Cela va sans dire, le décès et la PTIA sont des situations définitives... Pas question donc que l’assureur prenne simplement en charge les mensualités du crédit : il va rembourser à la banque le capital restant dû du prêt couvert.

Une nuance toutefois : si la victime du sinistre n’est pas assuré pour une quotité d’assurance de 100 %, le prêt ne sera pas intégralement soldé mais seulement à hauteur de la quotité souscrite. Si c’est 50 %, seule la moitié du capital restant dû sera pris en charge : le second emprunteur devra continuer à payer sa part du crédit. On comprend alors bien l’intérêt d’une quotité à 100/100, surtout lorsqu’il s’agit de la résidence principale du ménage !

en 3 étapes

switchez, c’est gagné !

Y-a-t-il des exclusions à surveiller ?

Comme pour tous les contrats d’assurance... Oui ! Et ces situations dans lesquelles l’assureur n’interviendra pas varient d’un contrat à l’autre. Surveillez-les donc bien.

Concernant la garantie décès/PTIA, ces exclusions peuvent être :

  • Le suicide de l’assuré : selon les contrats, il pourra simplement être exclu, ou couvert seulement dans la limite d’un certain montant et/ou après une période de carence en début de contrat.
  • Les risques aériens et sportifs : ce sont des exclusions classiques des contrats d’assurance, mais la liste des pratiques sportives exclues peut varier d’un contrat à l’autre. Si vous pratiquez un sport à risques, il faudra surtout bien le signaler afin de vérifier si le contrat choisi vous couvre. Cela dit, il est souvent possible de racheter cette exclusion moyennant une surprime.
  • La conduite automobile sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue : certains contrats l’excluent explicitement. Pas de problème vous concernant, les clients de SwitchAssur sont des conducteurs responsables !
  • Et enfin, le paragraphe qui étonne toujours les emprunteurs qui prennent le temps de lire leur contrat d’assurance : participation active à des émeutes, guerre civile, attentats, terrorisme, crimes, conséquence d’accidents nucléaires, etc. Une précision tout de même : c’est bien la participation active à toutes ces activités criminelles qui est exclue ; les victimes, elles, sont bien entendu couvertes !

Bon à savoir

Le comparateur d’assurance emprunteur SwitchAssur ne vous proposera que des contrats de qualité, au moins aussi couvrants que celui de votre banque. Et si vous avez des enjeux particuliers (âge en fin de prêt, sport ou profession à risque, etc.), nous sommes à votre disposition pour trouver le contrat le mieux adapté à votre profil, au meilleur tarif !

LES ACTUS DE L'ASSURANCE EMPRUNTEUR

Depuis le 1er septembre et la mise en vigueur de la loi Lemoine, le questionnaire de santé n’est plus obligatoire lors d’un emprunt immobilier dans certains cas. Mais la plupart du temps, le questionnaire de santé reste nécessaire. Nous vous expliquons les démarches à suivre dans les deux cas.

Malgré une législation toujours plus en faveur du libre choix de l’assurance emprunteur, le marché de l’assurance emprunteur est toujours détenu à 88% par les banques.

Plutôt que de réguler le marché, le taux d’usure a été un des facteurs déterminants du ralentissement du marché de l’immobilier depuis le début de l’année. Celui-ci a été augmenté au 1er octobre et devrait permettre de relancer le marché. Mais cette éclaircie devrait être de courte durée.