Notre étude sur l’assurance emprunteur en 2022

Le marché de l'assurance emprunteur dominé par les banques

Malgré une législation toujours plus en faveur du libre choix de l’assurance emprunteur, le marché de l’assurance emprunteur est toujours détenu à 88% par les banques alors que les assureurs alternatifs proposent des tarifs beaucoup moins élevés.

Dans notre étude, nous avons essayé de comprendre pourquoi malgré les lois, le rapport de force reste toujours aussi déséquilibré entre les différents acteurs. Nous avons analysé notre portefeuille pour trouver les obstacles au changement d’assurance emprunteur.

Pour vous donner quelques exemples :

  • 1/3 des demandes de substitution ne reçoivent pas de réponse dans les délais légaux
  • 41 % des demandes sont complètes
  • Des pressions sur les emprunteurs pour imposer l’assurance bancaire lors de la souscription du prêt

La nouvelle loi Lemoine de 2022 devrait résoudre une partie des pratiques bancaires problématiques. Cependant, certaines mauvaises habitudes des banques devraient continuer de perdurer à l’avenir.

Si vous souhaitez connaître plus de détails sur toutes les pratiques des banques, n’hésitez pas à télécharger notre étude et notre communiqué ci-dessous.

Téléchargez l’étude sur l’assurance emprunteur 2022 de SECURIMUT

Pour télécharger l’étude complète cliquez sur ce lien

Pour télécharger le communiqué cliquez sur ce lien

Contact presse 

Emilie Ruben – Responsable presse

04 26 22 44 29

emilie.ruben@securimut.fr

Isabelle Delange – Présidente du Directoire

06 85 81 31 07

isabelle.delange@securimut.fr

LES ACTUS DE L'ASSURANCE EMPRUNTEUR

Depuis le 1er septembre et la mise en vigueur de la loi Lemoine, le questionnaire de santé n’est plus obligatoire lors d’un emprunt immobilier dans certains cas. Mais la plupart du temps, le questionnaire de santé reste nécessaire. Nous vous expliquons les démarches à suivre dans les deux cas.

Malgré une législation toujours plus en faveur du libre choix de l’assurance emprunteur, le marché de l’assurance emprunteur est toujours détenu à 88% par les banques.

Plutôt que de réguler le marché, le taux d’usure a été un des facteurs déterminants du ralentissement du marché de l’immobilier depuis le début de l’année. Celui-ci a été augmenté au 1er octobre et devrait permettre de relancer le marché. Mais cette éclaircie devrait être de courte durée.